Le MMP de Cavaillon

 

Le samedi 17 juin 2017,

à l’initiative de la librairie « Le lézard amoureux » et de Martine Pringuet, ancienne directrice de la médiathèque de Cavaillon,

le MINUSCULE MARCHÉ DE POÉSIE  réunissait,

Place Fleury Mitifiot à Cavaillon

une dizaine d’éditeurs de poésie indépendants.

***

C’est Franck MERGER, traducteur du persan,  qui tenaient cette fois-ci le stand PO&PSY,

 

Chaque heure, des Rendez-vous Lectures étaient prévus :

Yann Miralles (éditions Jacques Brémond et Unes) ; Sylvie Durbec (éditions Jacques Brémond et Propos 2 campagne) ; Isabelle Alentour (éditions La Boucherie Littéraire) ; Jean-Clair Bonnel (éditions Jacques Brémond et Propos 2 campagne) ; Estelle Fenzy (La Boucherie Littéraire) ; Roselyne Sibille (un projet à La Boucherie Littéraire ; François Heusbourg (éditions Unes) ; Stéphanie Ferrat (éditions les mains, Unes, Atelier des Grames) ; Franck Merger (éditions PO&PSY).

***

Le lendemain, le MMP faisait « l’événement » de La Provence :

***

Mais aussi, chaque éditeur était invité à s’exprimer dans un entretien écrit diligenté par les organisatrices. Voici la réponse de PO&PSY :

Entretien dans le cadre du Minuscule Marché de la Poésie de Cavaillon

Comment êtes-vous arrivé dans l’édition de la poésie ?

Par la poésie et la traduction, donc la traduction de poésie (à 4 mains) ! L’idée est venue tôt, en traduisant des œuvres assez volumineuses de poètes, de proposer des « amorces » (recueils accessibles par le volume, la présentation attrayante, le prix…) permettant de faire découvrir la poésie… d’ailleurs. D’où PO&PSY princeps. Puis nous avons étendu notre palette (PO&PSY in extenso et a parte, pour permettre de poursuivre ces découvertes avec quelques œuvres complètes (Porchia, Kiarostami, Garcia Lorca…) ou focus particulièrement percutants (Hollan, Wagô…)

 

Comment se déroule la fabrication de vos livres ? Quels sont vos choix de fabrication ?

Nous réalisons nous-mêmes en Indd la mise en page (différente pour chaque volume sous pochette), nous suivons nous-mêmes l’impression chez l’imprimeur, qui est un véritable partenaire. Nous avons depuis le début une exigence de qualité (papier Rives, typographie, reproduction des illustrations – puisque chaque volume fait dialoguer un poète et un artiste, plasticien ou photographe -voire musicien).

 

Comment sélectionnez-vous les auteurs ?

Au début par goût personnel (en restant dans le cadre de l’impératif que nous nous sommes donné pour la collection : les écritures brèves), puis, petit à petit, des traducteurs (russe, tamoul, hongrois, bulgare, roumain, brésilien…) ou des auteurs (turc, argentin…), connaissant notre parti pris, sont venus nous proposer des textes. Nous avons actuellement une quinzaine de traductions en cours.

Après avoir accueilli, les 3 premières années, des poètes francophones, la pléthore des demandes nous a fait y renoncer pour nous recentrer sur notre objectif de départ : faire découvrir des poésie du monde entier, de toutes époques et de tous genres (brefs).

 

Comment se passe la diffusion de vos livres édités ? Les relations avec les libraires ?

PO&PSY a une double diffusion :

– par diffuseur et distributeur via notre « maison-mère » : les éditions ERES à Toulouse (actuellement CDE et Sodis); en principe, nous ne devrions donc pas avoir de relations directes avec les libraires.

– par relation directe avec les publics, en participant à des salons, festivals et marchés de poésie ou généralistes ; en répondant à la demande d’associations, d’établissements scolaires ou de particuliers ; en organisant nous-mêmes des manifestations (par ex, en 2017 : 6 « Rencontres Figue(s) », axées sur l’édition et la traduction de poésie – plutôt que sur les auteurs, comme habituellement).

En principe, nous ne devrions donc pas avoir de relations directes avec les libraires. Pourtant, nous avons fait plusieurs tentatives dans ce sens, en proposant des présentations (gratuites) de la collection ou d’auteurs choisis. Nos propositions (par ex en 2016 : lettre particulière à plus de 40 libraires « engagés ») sont jusqu’ici restées lettre morte… Nous avons seulement une relation suivie avec 2 libraires associatifs, sous forme de dépôts.

En automne 2018, à l’occasion des 10 ans de PO&PSY, nous allons mettre en place sur Toulouse (implantation de l’édition-mère) et Évreux (dont la médiathèque et la Maison des Arts accueilleront gracieusement nos manifestations) trois mois de « poésie à la carte » en proposant aux libraires de ces villes d’accueillir pendant 1/2h un poète de leur choix publié par nous. Nous sommes partantes, bien entendu, pour élargir la proposition à d’autres villes.

 

Selon vous, quel serait le futur de la poésie dans les années à venir ?

« La poésie est une arme chargée de futur », a écrit Gabriel Celaya… Attitude humaine (et non « produit » !) qui s’exprime, comme la danse, depuis l’origine des temps, elle est invulnérable aux turbulences d’époque, elle est son propre futur…

Pour ce qui est de l’édition de poésie, c’est autre chose ! Il faudra sans doute faire preuve d’inventivité à défaut de financements… mais nous prenons ça plutôt pour une chance !

********************************************************************************************

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s