Cahiers Critiques de poésie CiPM, 16 janvier 2015, Philippe Di Meo, Kiarostami Des milliers…

 

Abbas KIAROSTAMI, Des milliers d’arbres solitaires

Nous connaissions le cinéaste et le photographe mais guère le poète. Cette lacune est opportunément comblée par un recueil particulièrement feuillu. Ce qui retient d’emblée le lecteur, c’est l’importance de l’image comme représentation, d’abord, et site mental, ensuite. Les poèmes s’enchaînent, ou plutôt débordent, comme autant de fulgurances inattendues. Parfois au bord de l’obsession tant certains thèmes se révèlent insistants. Même s’il nous est difficile de contextualiser ces poèmes au sein de la culture iranienne, ils nous communiquent des impressions indélébiles. Des impressions souvent inséparables de la pensée où l’image ciselée, parfois cinglante, se donne dans une fugacité paradoxale. Le flux soudain du vers renvoie à son reflux dans l’image qui fait suite. Une sorte d’anthologie onirique de sensations s’élabore au fil des poèmes pour relier chaque unité à la mosaïque d’ensemble. D’où l’ironie et l’humour ne sont pas exclus. C’est cependant une volonté de fixer l’éphémère dans une forme précise qui frappe : « près du marais / il y avait des fleurs blanches / et une odeur fétide ». Le lyrisme et sa déconstruction en un seul et même mouvement, peut-être.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :