Eva-Maria BERG

berg-port

Née en 1949 à Düsseldorf (Allemagne), a fait des études d’allemand et de français à l´université de Fribourg en Brisgau. Domiciliée avec sa famille à Waldkirch, en Forêt Noire, elle séjourne régulièrement en France.

Outre des livres de poésie, souvent en dialogue avec des artistes, et dont certains sont publiés en éditions bilingues ou dans leur traduction en trois langues (français, anglais, espagnol), elle écrit de la prose, des essais, des articles et des critiques littéraires. Elle participe à de nombreuses manifestations interdisciplinaires et transfrontalières : expositions, installations,

lectures, concerts de poésie. Elle est collaboratrice régulière de la revue Les Carnets d’Eucharis et des revues en ligne Recours au Poème et Levure littéraire.

Elle a publié entre autres :

– Die tägliche Abwesenheit / L´Absence quotidienne, poèmes en allemand et français dans une traduction de Patricia Fiebig et Beate Thill, avec des collages de Jean-Christophe Molinéris ; Trescher Verlag, Edition fürsatz, Berlin 2002.

– noch eine maske / un masque de plus, portraits de poètes, poèmes en allemand, français et espagnol, avec Max Alhau, traduction des auteurs en coopération avec Patricia Fiebig et Patricia Salvador, sérigraphies d’Eva Largo ; Les Éditions Transignum, Paris 2011.

– flux, poèmes en allemand, français etespagnol, traduction en coopération avec

Max Alhau et Yehuda Hyman, photographies de Sylvie Pesnel ; Les Éditions Transignum,

Paris 2011.

so fern das ufer / si loin le rivage / tan lejos la orilla, poèmes en allemand, français et espagnol, traduction avec Max Alhau, gravures d’Olga Verme-Mignot ; Les Éditions

Transignum, Paris 2014.

*

Extraits de La mémoire des branchies :

le vent du bord

de mer est frais et

te plairait

comme renouveau

qui de nouveau

commence

l’été

par contre ressemble

au livre d’images

tout blanc qui ne parle

que de silence

en sautant

toutes les pages

*

à fond de train

retard

en voyage le temps

se traîne

le long d’un trajet

à toute allure par contre le cœur

double le train

pour arriver

plus vite

que faire

se peut

*

les températures sont en baisse

au point que le journal

devient froid

quant aux nouvelles

n’en parlons pas

elles neigent dans le cœur

sans bruit

*

les vieilles notions

de ciel et terre

se reflètent encore

dans l’eau

vagues

les contours

les lignes le motif

terre dessus ciel dessous

*

va chercher la nouvelle

dans ton silence

regard par-dessus l’eau

d’un bleu si céleste

cri d’une mouette

strident ton mutisme

comment peut-il atteindre

l’autre rive ?

*

bruits de moteurs

sans direction

alors pourquoi

chercher à s’orienter

au soleil

pâlissent les couleurs

comme si elles devenaient

semblables à celles

qui ailleurs

font défaut

 

*******************************************************************

Eva-Maria Berg a contribué, par le texte reproduit ci-dessous, à un « événement important de mémoire historique » dans la ville de Waldkirch où elle habite : ce texte a été écrit pour le monument inauguré le 29 janvier 2017, à la mémoire des 138272 êtres humains, la plupart d´origine juive, assassinés en Lituanie en 1941/42, pendant l’occupation du pays par les forces nationales-socialistes allemandes, sur l’ordre d’un citoyen de Waldkirch et de ses complices.

 

aktuelles_mahnmal_waldkirch

La question nous est posée

dans la douleur la honte le deuil

devant l´inconcevable

ici en mémoire de

chacun d´entre eux en particulier

138272 êtres humains

meurtres d’enfants de femmes d’hommes

pour la plupart juifs assassinés en Lituanie

sur ordre

d´un citoyen de Waldkirch

et de ses complices

La question nous est posée

Où sommes-nous

où es-tu

que fais-tu désormais

toi à ta place

si des êtres humains en raison de

leur apparence leur croyance leur pensée

sont mis en question

que fais-tu pour t’y opposer

avec ta force

toi ici la question t´est posée

 

******************************************************************

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :