Slađan LIPOVEC

lipovec-page

Slađan Lipovec est né en 1972 à Bjelovar, Croatie. Poète et écrivain. Ses textes de prose, de critique littéraire et des essais sont publiés dans de nombreuses revues croates et étrangères, et interprétés à la Radio croate.

Il est l’auteur de plusieurs recueils de poésie, notamment Emily Dickinson dans ma ville (2003), Les rivières et les clairs de lune (2007) et Dans une des réalités possibles (2010).

Il est rédacteur et co-auteur d’un dvd interactif Le jour de Tesla (2007) et rédacteur de la revue littéraire Quorum. Il a été récompensé par plusieurs prix pour la poésie et les nouvelles. Invité des Festivals internationaux et figurant dans quelques anthologies nationales et internationales, ses textes sont traduits en une dizaine de langues. Il dirige des rencontres de poésie et multimédia dans la région de la ville de Čazma, où il vit.

La poésie de Slađan Lipovec se construit à partir de son appartenance à deux environnements contraires : l’univers paysan dans lequel il a grandi et où il est retourné pour établir sa vie familiale, et la ville de ses études, de ses rencontres intellectuelles et de son travail dans le milieu de l’édition littéraire.

Qu’il sillonne les territoires urbains ou les terres de la campagne, son regard est ancré dans la réalité matérielle d’un sol, d’où il détache de l’ordinaire les éléments signifiants pour accompagner le cours de sa pensée. Une pensée qui trouve souvent dans la description des gestes quotidiens la meilleure expression d’une intériorité contrainte et entravée mais aussi clairvoyante et enchantée par les dimensions multiples qui s’ouvrent dès qu’une chose simple devient figure symbolique.

La vie de tous les jours en tant qu’expérience existentielle est ainsi le lieu et le sujet de l’écriture de Slađan Lipovec. Connaisseur passionné de la poésie et des poètes, curieux de la physique quantique qui relie le minuscule et le cosmique, il esquisse le sort de l’homme, souvent à travers son histoire personnelle mais aussi à partir de ces autres points de vue – scientifique, littéraire -, trouvant dans cette distance comme un antidote à l’impuissance parfois accablante de la vie de l’individu en société.

Dans le contexte de la poésie croate, il se distingue de la tendance actuelle, caractérisée par une poésie narrative généralement assez « bavarde », par une écriture brève, concise, fragmentée. Grâce à une tombée spirale du mouvement verbal, il déconstruit le sens premier des formes et évènements rencontrés pour les détourner de l’ordinaire et les charger d’une tension poétique. Il en forme des vignettes prégnantes et emblématiques de la condition humaine.

Il est également préoccupé par la position de l’artiste et sa marginalisation dans la société. Au travers des figures exemplaires que sont Emily Dickinson ou Van Gogh, solitaires en leur temps et voix singulières dans l’art, il évoque dans ses poèmes tous ceux qui, en dépit de l’incompréhension et de l’indifférence de leurs contemporains, continuent à sentir la pulsion de créer.