Alireza RÔSHAN

roshan-couv

Questions aux traducteurs

Pourquoi avoir choisi de traduire cette fois-ci pour PO&PSY, après Abbas Kiarostami, des poèmes d’un jeune homme inconnu, inédits en Iran même, en dépit de l’accueil fervent qui leur est fait sur le net par un nombre croissant de lecteurs?

– Les poèmes de Rôshan sont emblématiques de la place considérable que tient encore la poésie dans la culture de l’Iran moderne. Si vous allez dans les rues de Téhéran, n’importe quelle personne illettrée ou analphabète, comme il y en a encore surtout parmi les personnes âgées, est capable de vous réciter des vers de la poésie classique (Hafez, Saadi, Ferdowsi…) Des mendiants vous proposent de choisir une enveloppe dans laquelle un vers de Hafez sera interprété pour vous prédire l’avenir ! C’est normal que, dans une conversation, vos interlocuteurs citent des vers. À la télé, à la radio, c’est pareil, même si parfois ce n’est pas très réussi… Le peuple iranien vit depuis toujours avec la poésie. Et dans les périodes de bouleversement, on va chercher la poésie. On se réfugie dans la poésie qui propose d’autres mots.

D’autres mots pour des histoires anciennes ?

– Oui, il y a parmi les poèmes de Rôshan que nous n’avons pas pu garder, celui-ci, qui pourrait presque résumer tous les autres,

Dès qu’advint Majnûn

Leïla

se déroba

et qui fait directement allusion à l’histoire de Leyla et Majnûn, célèbre dans tout le Proche et le Moyen Orient ; une histoire qui aurait été oralement transmise par les Bédouins depuis la Perse de Babylone, jusqu’à sa versification en langue persane par Nezâmi au XIIème siècle.

Histoire d’une passion ardente, d’un amour fou, s’exprimant publiquement par le biais de la poésie à l’encontre des règles sociales et des traditions établies.

Un amour humain, mais dans lequel toute une tradition littéraire et artistique arabo-musulmane a vu une première étape initiant, par la révélation de la beauté absolue, à l’amour spirituel.

Initiation, certes, à l’union mystique, dans laquelle l’aimée, l’amant et l’amour ne forment plus qu’une seule réalité ; mais initiation, aussi, à cette puissance créatrice que les anciens Grecs nommaient poïesis : Majnûn est le poète qui revit chaque jour son amour et sa souffrance au travers des poèmes qu’il dit, et cette re-création perpétuelle de son amour jusqu’à l’oubli de soi est précisément ce qui le garde en vie. Majnûn est un visionnaire qui voit et est l’amour absolu.

Alors, Rôshan : un descendant de Majnûn ?

– Que le lecteur en juge, d’après ces quelques extraits de la première version persane de Leili-o-Majnûn :

« Je ne t’ai pas seulement perdue, désormais je ne me connais plus moi-même. Qui suis-je ? Je me tourne et tourne encore sur moi-même en me disant : Quel est ton nom ? Aimes-tu ? Qui est l’objet de ton amour ? Es-tu aimé ? Par qui ? (…) Sais-je encore où je vis ? Puis-je encore goûter ce que je mange ? Je suis perdu dans mon propre désert. »

**************************************************************************

EXTRAITS DE JUSQU’À TOI COMBIEN DE POÈMES :

toi tu cours
toi tu viens
‌
c’est mon cœur qui s’accélère
c’est moi qui m’essouffle

* * *

rester
est un état
entre venir
et
partir

* * *

nous, l’eau
nous l’avons bue
pour pleurer

* * *

tu as pleuré sur tous les prisonniers
sauf sur moi
qui en toi
suis prisonnier à vie

* * *

que peut la vitre
visée par la pierre
sinon casser

* * *

suis-moi à la trace de mon poème
moi je n’ai pas d’empreintes de pas
va sur les traces de la douleur
et tu parviendras jusqu’à moi

* * *

j’ai la poésie
j’ai la souffrance
j’ai la séparation
je ne t’ai pas, toi
voilà ce que signifie avoir

* * *

moi dans le désert
je ne suis pas seul
le désert est avec moi

* * *

j’ai agité la main
et tu m’as échappé des mains

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s