Claudine BOHI

 Bohi-couv

Je suis devenue poète parce que parler ne suffisait pas. Il fallait me souvenir que la parole est de chair, que les mots sont des morceaux de corps.

J’écris

pour toucher

le centre des paroles

là où dans la bouche

quelque chose me met au monde

tète à même l’espace

Claudine Bohi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :