Federico GARCÍA LORCA

 

Les poèmes présentés ici ont été écrits par Federico García Lorca entre 1921 et 1928. Extraits principalement de Chansons et de Suites, ils relèvent de ces mêmes « justifications » par lesquelles le poète ouvrait son Livre de poèmes :

J’expose dans ce livre, tout d’ardeur juvénile, de tourment et d’ambition démesurée, l’image exacte de mes jours d’adolescence et de jeunesse […] Chacun des poèmes que tu as entre les mains, lecteur, correspond à la naissance même d’un bourgeon nouveau de l’arbre musical de ma vie en fleur. Ne dédaigne pas cette œuvre qui est tellement entremêlée à ma propre vie. (FGL)

* * *

EXTRAITS DE GRENIER D’ÉTOILES :

THÉORÈME D’AMOUR
Un seul et c’est deux.
Deux et c’est un coeur.
Mille et c’est une seule douleur.
Deux et c’est aucun des deux.
Oh, lune mienne !
Oh, théorème de l’amour !

*

MÉMENTO
Quand nous mourrons
nous emporterons
une série de vues
du ciel.
(Ciels d’aube
et ciels nocturnes.)
Bien qu’on m’ait dit
que morts
on n’a
de souvenir
que celui d’un ciel d’été,
un ciel noir
démonté
par le vent.

*

JARDIN
Avec l’émeri de la raison
nous fourbissons le Rêve.
Est-il possible de fixer
avec des regards la brise ?

*

ADIEUX
Je me dirai adieu
au croisement
pour prendre le chemin
de mon âme.
Réveillant souvenirs
et mauvais moments
j’arriverai au petit verger
de ma chanson blanche
et me mettrai à trembler comme
l’étoile du matin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s