Jacques ANCET – in extenso

ancet-inextenso-couv

Le présent volume est le premier à paraître dans la collection PO&PSY in extenso. Celle-ci entend reprendre des textes d’auteurs précédemment publiés dans la collection PO&PSY en les resituant dans l’ensemble plus vaste qui les a vus naître – recueil thématique intégral ou œuvre poétique complète.

* * *

SOMMAIRE :

– Les travaux de l’infime : I – II – III – IV – V

– Portraits sans visages  : Portrait du jour  –  Portraits sans noms  –  Portrait pour un silence –  Petits portraits  – Portrait d’une ombre  –  Portrait de quoi ?  –  Portrait de rien –

– Pour ne pas finir : I – II – III – IV – V – VI – VII – VIII

**********************************************************************************

EXTRAITS :

(Les travaux de l’infime  I )

On entre dans un nouveau silence.

On ne sait pas s’il a un nom.

La neige le recouvre et l’éclaire.

On ne sait rien. On ne saisit qu’un

mouvement de doigt dans la lumière,

un visage, la pause d’un pied.

*

On entre dans ce qu’on ne sait pas.

Dans ce qu’on ne sait pas

il y a ce qu’on sait et autre chose.

On reconnaît le coussin, le carrelage,

la tasse, le livre, la lampe,

mais il y a ce vide que met le regard,

une sorte de battement de cil.

*

Sans savoir, on entre dans l’infime.

Mais dans l’infime, on n’entre pas.

On y est, soudain, sans le savoir.

C’est un fourmillement, une buée où

chaque gouttelette reflète toutes les autres,

où jour et nuit sont un même crépuscule,

une même aube, peut-être,

on ne sait pas. On est là.

[…]

*************************************

(Portrait du jour)

Brutalement. Là encore. Le tronc fiché au sol.

Le soleil trouble, les cris. Tout ce qui fait l’instant

inexorable.

Tout ce qui fait le jour. Il vous regarde, il vous entre

dans les yeux, vous sort de la bouche. Il vous

traverse. Il a des images brutales.

Il vient ou il s’en va. Il s’arrête dans le désir qu’on en a,

mais il fuit.

[…]

Se fier au murmure, disait-il. Sous les voix, les bruits

de pas, les trilles. Sous les visages, les pigeons et la

pierre. Sous l’odeur de juillet. Écoute, écoute.

Ce qu’on entend ressemble à une voix, mais sans

en être une. Une sorte d’élan, plutôt, silencieux

et sonore. Avec des images – un touriste, un petit

oiseau qui sort – un moineau, un pigeon, on ne

sait pas.

La cloche de la cathédrale s’y met aussi.

On compte quatre coups. Et le bougé des ombres. Et

les rires. Et le rien qui n’attend pas. Mais qui est là,

la gueule ouverte.

[…]

*********************************************

(Pour ne pas finir   I )

J’arrive toujours trop tard. Trop tard me précède.

L’eau coule, la lumière se retire.

L’ombre m’attend entre grillage et gravier. Elle est

seule et me ressemble,

Elle a une forme qui change comme les arbres

avec le vent. Je reste là à attendre

Mais trop tard. Tout a déjà eu lieu. Je ne peux que

deviner les traces, les suivre parfois,

Les perdre, souvent. Je me dis : où vas-tu ? Je me laisse flotter,

je me disperse.

La voix pourtant ne se tait pas. Elle continue à

parler même quand je me tais.

Elle a parfois des stridences que je ne reconnais

pas, comme si une autre l’habitait, inaudible et brutale.

Je me dis : tant de voix dans les voix. Et trop tard,

toujours, pour les entendre – trop tard pour les reconnaître.

[…]

*************************************************************************

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s