Malcolm de Chazal

Chazal copie

avec des dessins de Jean-Noel Bachès

* * * * *

Malcolm de Chazal est né en 1902 à Cockerney en l’île Maurice où il a vécu toute sa vie (hormis une brève période en Louisiane où il se forme en technologie sucrière à la fin de ses études secondaires). Après l’échec de deux tentatives d’investissement professionnel dans les industries sucrière et textile, qui lui donne l’occasion d’écrire un certain nombre d’ouvrages d’économie politique, il choisit de se consacrer à l’expression de ses « Pensées » littéraires, dans lesquelles il souligne d’emblée le caractère magique de la parole et celui, prophétique, de la poésie. C’est de cette époque (1940-1949) que date son écriture aphoristique – expression d’ « expériences à l’état brut » selon Jean Paulhan -, qui a produit entre autres le présent recueil et qu’il abandonnera pour des préoccupations nouvelles, liées à la foi et à Dieu, exprimées sous formes de pièces de théâtre et d’essais métaphysiques.

Cet « artiste intégral » prolifique – écrivain, essayiste, chroniqueur, homme de théâtre, poète, traducteur (outre que peintre à partir de 1958) – est l’auteur de près d’une centaine d’ouvrages écrits entre 1935 et sa mort, survenue en 1981. Son « grand œuvre » : Sens plastique, publié à Paris par Gallimard en 1948, fait une forte impression sur des écrivains comme Bataille, Paulhan, Ponge ou des peintres comme Georges Braque et Jean Dubuffet, ainsi que sur des écrivains surréalistes qui voient en lui un « écrivain de génie », en dépit de son refus de se laisser étiqueter. Cela explique peut-être qu’il ait fallu attendre 20 ans pour qu’une partie de son œuvre (la plupart de ses écrits n’ayant fait l’objet que de petits tirages au niveau local et à compte d’auteur) soit à nouveau disponible en France.

* * * * *

Des extraits de Humour rose avaient paru en 1968 dans le recueil « Poèmes », édité par Jean-Jacques Pauvert. Mais l’ensemble, tel que l’a composé son auteur, était resté inédit. Il a été rendu public par la Fondation Malcolm de Chazal en 2011.

 

La collection PO&PSY, avec son parti pris d’écritures brèves, était toute indiquée pour publier ces fulgurances qui révèlent un regard neuf sur le monde, fait de correspondances à la fois étranges et saisissantes, qui s’expriment dans les 134 poèmes d’Humour rose.

« C’est l’humour des enfants, que l’on retrouve chez les amants, par la moquerie amoureuse, une douce taquinerie, montant jusqu’à la caresse de l’âme. L’humour est céleste dans son faîte ; c’est le sel des cieux. » (M. de Chazal)

 

* * * * *

Extraits

 

Le paon

Même

C’est

L’arc-en-ciel.

 

 

Quand

Vint

Le knock-out

L’homme

Sentit

Qu’il

Se boxait.

 

 

 

Le charme

C’est

La volupté

En permanence.

 

 

 

La bouche

Du bébé

Est

Son premier

Bonbon.

 

 

Tous les

Accidents

Arrivent

Quand

La route

Change

D’idées.

 

 

« Non »

Ne s’oppose

Au

« Oui »

Qu’en affaires

D’argent.

 

 

La blessure

Rit

De douleur.

 

 

 

Les fleurs

Sont myopes

Sans

Leurs feuilles.

 

 

 

Le matelas

Attendait

L’homme

Pour

Dormir.

 

La logique

Ne

S’est

Jamais

Raisonnée

 

 

On

Le trouvait

Bête

Parce qu’il

Était bien

Au bout

De sa pensée.

 

 

 

Son corps

Faisait

Mode.

 

 

Chaque

Oiseau

A la couleur

De son cri.

 

 

 

Le whisky

Était

Saoul :

L’homme

Le

Buvait

Mal.

 

 

 

Il était

Si têtu

Qu’il

S’opposa.

 

 

(…)