Antonio PORCHIA, auteur

Porchia-port

Originaire d’Italie (1885-1968), Antonio Porchia a vécu depuis l’âge de 17 ans en Argentine, où la mort du père avait contraint sa famille à émigrer.

À Buenos Aires, Antonio assure la subsistance de la nombreuse fratrie dont il est l’aîné, d’abord en tant que docker et journalier, puis comme patron d’une petite imprimerie du quartier de La Boca, où il fréquente un groupe d’artistes, pour la plupart émigrés comme lui, regroupés en une association dénommée Impulso.

En 1936, une fois sa famille établie, il choisit (ou est choisi) par la solitude, s’achète une petite maison avec jardin où il passera son temps à peaufiner ces sortes de « sentences » qui émaillent sa conversation quotidienne avec ses amis et qui apparaissaient déjà dans les rares articles écrits par le jeune militant ouvrier.

En 1943, sur les instances de ses amis d’Impulso, il publie à compte d’auteur un premier recueil de ce qu’il appellera lui-même des « voix ». Embarrassé par les 1000 volumes de cette première édition, il en fait don au réseau de bibliothèques municipales qui couvre tout le pays. C’est ainsi que ses voix parviennent au fin fond des provinces argentines, où elles sont reçues d’abord avec surprise, puis avec vénération par des lecteurs attentifs ; beaucoup recopient à la main les voix et commencent à les faire circuler.

 En 1948, les répercussions secrètes de la première édition amènent Porchia à en entreprendre une seconde, toujours sous l’égide d’Impulso, avec du matériel nouveau.

Un exemplaire de la première édition arrive entre les mains du poète et critique français Roger Caillois, membre du comité de rédaction de la prestigieuse revue Sur. Celui-ci invite Porchia à publier dans Sur, où figurent souvent des collaborations des plus éminents écrivains de langue espagnole ainsi que des traductions de première ligne.

Mais Caillois doit rentrer en France, et la collaboration se heurte à des malentendus : on veut faire « corriger » à Porchia ce qu’on estime être des « fautes de grammaire ». Porchia retire son texte.

Pendant ce temps, Roger Caillois traduit les Voix et les fait éditer dans une plaquette de la collection G.L.M (1949). La lecture de cette traduction éveille l’admiration entres autres d’Henry Miller, qui fait figurer Porchia parmi les 100 livres d’une bibliothèque idéale !

Le renom de l’édition française va enfin donner aux Voix l’occasion d’être publiées dans la revue Sur.
En 1966, les éditions Hachette publient en Argentine une sélection de Voces, augmentées de Nuevas voces.

La fascination ne se relâche pas : tandis qu’en Amérique du Sud, les rééditions successives d’Hachette sont épuisées, les Voix sont traduites et publiées en Belgique, en Allemagne, aux États-Unis, en Italie, et rééditées en France (1979).

En 2006, les éditions Pre-Textos (Valencia) publient une édition intégrale des Voix d’Antonio Porchia dans un unique volume augmenté d’un abondant appareil critique. La présente édition complète bilingue espagnol/français s’appuie sur cette édition.

*********************************************************************************

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s