Ryôichi Wagô primé pour « Jets de poèmes » !

24 juin 2017 § Poster un commentaire

 

Samedi 10 juin 2017, dans le cadre du  Marché de la poésie de Paris, le premier prix de la revue NUNC ( http://www.corlevour.com/fr/a-propos/evenements)  a été attribué à Ryôichi Wagô pour son livre Jets de poèmes – dans le vif de Fukushima (PO&PSY a parte 2016, trad. Corinne Atlan).

Ce prix de 1000 euros (500 euros au poète, 500 euros à l’éditeur) sera remis lors du festival de la revue NUNC, « Présences de Frontenay » (Jura) le 20 juillet prochain.

 

Voici l’annonce PO&PSY :

Le plus grand quotidien japonais parle du prix Nunc obtenu par Wago mais ne fait hélas aucune mention de son éditeur français  !

http://mainichi.jp/english/articles/20170623/p2g/00m/0et/080000c

**********************************************************************************************

Le MMP de Cavaillon

24 juin 2017 § Poster un commentaire

 

Le samedi 17 juin 2017,

à l’initiative de la librairie « Le lézard amoureux » et de Martine Pringuet, ancienne directrice de la médiathèque de Cavaillon,

le MINUSCULE MARCHÉ DE POÉSIE  réunissait,

Place Fleury Mitifiot à Cavaillon

une dizaine d’éditeurs de poésie indépendants.

***

C’est Franck MERGER, traducteur du persan,  qui tenaient cette fois-ci le stand PO&PSY,

 

Chaque heure, des Rendez-vous Lectures étaient prévus :

Yann Miralles (éditions Jacques Brémond et Unes) ; Sylvie Durbec (éditions Jacques Brémond et Propos 2 campagne) ; Isabelle Alentour (éditions La Boucherie Littéraire) ; Jean-Clair Bonnel (éditions Jacques Brémond et Propos 2 campagne) ; Estelle Fenzy (La Boucherie Littéraire) ; Roselyne Sibille (un projet à La Boucherie Littéraire ; François Heusbourg (éditions Unes) ; Stéphanie Ferrat (éditions les mains, Unes, Atelier des Grames) ; Franck Merger (éditions PO&PSY).

***

Le lendemain, le MMP faisait « l’événement » de La Provence :

***

Mais aussi, chaque éditeur était invité à s’exprimer dans un entretien écrit diligenté par les organisatrices. Voici la réponse de PO&PSY :

Entretien dans le cadre du Minuscule Marché de la Poésie de Cavaillon

Comment êtes-vous arrivé dans l’édition de la poésie ?

Par la poésie et la traduction, donc la traduction de poésie (à 4 mains) ! L’idée est venue tôt, en traduisant des œuvres assez volumineuses de poètes, de proposer des « amorces » (recueils accessibles par le volume, la présentation attrayante, le prix…) permettant de faire découvrir la poésie… d’ailleurs. D’où PO&PSY princeps. Puis nous avons étendu notre palette (PO&PSY in extenso et a parte, pour permettre de poursuivre ces découvertes avec quelques œuvres complètes (Porchia, Kiarostami, Garcia Lorca…) ou focus particulièrement percutants (Hollan, Wagô…)

 

Comment se déroule la fabrication de vos livres ? Quels sont vos choix de fabrication ?

Nous réalisons nous-mêmes en Indd la mise en page (différente pour chaque volume sous pochette), nous suivons nous-mêmes l’impression chez l’imprimeur, qui est un véritable partenaire. Nous avons depuis le début une exigence de qualité (papier Rives, typographie, reproduction des illustrations – puisque chaque volume fait dialoguer un poète et un artiste, plasticien ou photographe -voire musicien).

 

Comment sélectionnez-vous les auteurs ?

Au début par goût personnel (en restant dans le cadre de l’impératif que nous nous sommes donné pour la collection : les écritures brèves), puis, petit à petit, des traducteurs (russe, tamoul, hongrois, bulgare, roumain, brésilien…) ou des auteurs (turc, argentin…), connaissant notre parti pris, sont venus nous proposer des textes. Nous avons actuellement une quinzaine de traductions en cours.

Après avoir accueilli, les 3 premières années, des poètes francophones, la pléthore des demandes nous a fait y renoncer pour nous recentrer sur notre objectif de départ : faire découvrir des poésie du monde entier, de toutes époques et de tous genres (brefs).

 

Comment se passe la diffusion de vos livres édités ? Les relations avec les libraires ?

PO&PSY a une double diffusion :

– par diffuseur et distributeur via notre « maison-mère » : les éditions ERES à Toulouse (actuellement CDE et Sodis); en principe, nous ne devrions donc pas avoir de relations directes avec les libraires.

– par relation directe avec les publics, en participant à des salons, festivals et marchés de poésie ou généralistes ; en répondant à la demande d’associations, d’établissements scolaires ou de particuliers ; en organisant nous-mêmes des manifestations (par ex, en 2017 : 6 « Rencontres Figue(s) », axées sur l’édition et la traduction de poésie – plutôt que sur les auteurs, comme habituellement).

En principe, nous ne devrions donc pas avoir de relations directes avec les libraires. Pourtant, nous avons fait plusieurs tentatives dans ce sens, en proposant des présentations (gratuites) de la collection ou d’auteurs choisis. Nos propositions (par ex en 2016 : lettre particulière à plus de 40 libraires « engagés ») sont jusqu’ici restées lettre morte… Nous avons seulement une relation suivie avec 2 libraires associatifs, sous forme de dépôts.

En automne 2018, à l’occasion des 10 ans de PO&PSY, nous allons mettre en place sur Toulouse (implantation de l’édition-mère) et Évreux (dont la médiathèque et la Maison des Arts accueilleront gracieusement nos manifestations) trois mois de « poésie à la carte » en proposant aux libraires de ces villes d’accueillir pendant 1/2h un poète de leur choix publié par nous. Nous sommes partantes, bien entendu, pour élargir la proposition à d’autres villes.

 

Selon vous, quel serait le futur de la poésie dans les années à venir ?

« La poésie est une arme chargée de futur », a écrit Gabriel Celaya… Attitude humaine (et non « produit » !) qui s’exprime, comme la danse, depuis l’origine des temps, elle est invulnérable aux turbulences d’époque, elle est son propre futur…

Pour ce qui est de l’édition de poésie, c’est autre chose ! Il faudra sans doute faire preuve d’inventivité à défaut de financements… mais nous prenons ça plutôt pour une chance !

********************************************************************************************

 

 

 

« Patience des fauves » en Lozère

24 juin 2017 § Poster un commentaire

*********************************************************************************************

Des nouvelles de Norvège…

31 mai 2017 § Poster un commentaire

 

Anne-Marie SOULIER, traductrice du norvégien qui travaille actuellement sur la traduction en français de l’œuvre poétique complète de la poète Hanne Bramness, à paraître au printemps 2018 dans la collection PO&PSY in extenso nous écrit :

(…) j’ai participé à une émission diffusée par la radio alsacienne « Accent 4 » sur la poésie et les musiques nordiques, avec gros plans bien sûr sur la Norvège, et aussi la Finlande (deux pays longtemps soumis à leurs voisins, et qui ont pu renaître en préservant leurs langues). L’émission est maintenant en ligne, en voici le lien :

https://soundcloud.com/fsma-alsace/histoire-deole-mars-2017

Parmi les compositeurs contemporains, on entend des œuvres du beau-frère de Hanne Bramness, Knut Vaage. Il a eu la gentillesse de m’écrire qu’il était très content que sa musique soit si bien mise en valeur (!) et m’a invitée à la création mondiale, le 2 juin prochain au festival de musique du Hardanger ( hardangermusikkfest.no) de l’œuvre qu’il a écrite sur la suite de poèmes de Hanne, Vintersong (31 textes sur les 31 jours du mois de décembre), une suite qui figurera dans le in extenso à paraître en 2018.

Ci-dessous la photo de couverture du hardangermusikkfest !

 

***************************************************************************

 

26-27-28 mai : Venise et Octon

31 mai 2017 § Poster un commentaire

 

Les 26-27 et 28 mai derniers (2017), PO&PSY était présente sur deux scènes :

celle du Teatrino Groggia, de Venise,

Pascale Janot était invitée à présenter la personne et l’œuvre de Paolo Universo, dans le cadre d’un laboratorio teatrale animé par l’acteur et metteur en scène Mattia Berto dans le cadre du Festival dei Matti  (« Festival des fous ») 2017. Cet atelier de théâtre, ouvert au public, mettait en scène, avec la perspective d’une restitution publique en fin de journée, la Ballata del vecchio manicomio (La ballade de l’ancien asile) de ce poète triestin inconnu en son pays du fait de sa propre décision de renoncer à publier, mais dont l’œuvre poétique complète a été éditée en version bilingue par PO&PSY en 2015 (traduction Danièle Faugeras et Pascale Janot).

et

celle du Salon ARTPAGE, au Village des Arts et Métiers d’Octon (34800),

qui a permis de rencontrer un public nouveau et surtout de créer des liens avec des artistes graveurs, qui susciteront sans nul doute de nouveaux dialogue poètes-artistes dans les années à venir.

 

 

****************************************************************************

En ce moment…

29 mai 2017 § Poster un commentaire

 

Si vous passez à Arpaillargues (30700), non loin d’Uzès, ne manquez pas l’exposition, tellement en phase avec PO&PSY, proposée par ces amis de la poésie et des arts contemporains qui ont  si chaleureusement reçu la rencontre FIGUE(2) le 22 avril dernier…

Galerie Deleuze-Rochetin

 

SATORU   –    Sébastien ZANELLO

du 1er mai au 17 juin 2017

*

Satoru Sato fait partie de ces artistes transhumants épris d’ordre et de clarté dans la définition de ses champs d’intervention. Originaire de la province de Miyagi au coeur du Japon, peintre et sculpteur surtout à l’aise dans la sphère du monumental, il ne s’est pas longtemps laissé séduire par les appels de la calligraphie. Le choc éprouvé face aux pyramides d’Egypte et son installation à Paris en 1969, assortie de la découverte des travaux de ses aînés, tels Leppien, Aurélie Nemours, Seuphor, Bozzolini, Cruz-Diez, Arden-Quin, etc. avec lesquels il nouera des relations d’amitié, le conduisent à prendre progressivement conscience de ce qu’il porte en lui d’inclination aux vertus de rigueur et de renoncement. En décapant sa manière, il cultive le dépouillement de ses surfaces, l’exactitude du rendu, la concision alternée des rapports et des proportions, les échanges entre la matière picturale et les éléments ligneux, au gré d’une approche à la fois codifiée et spirituelle, reflet de sa culture millénaire, en marge de tout égarement de la main.

 

Texte Entre-Temps de Sébastien Zanello. « Observer le vide. Y ajouter de la matière pour capter la lumière, puis lui donner un point de vue, mon point de vue. Mes sculptures s’inscrivent dans le temps pour y marquer une pause, le figer. Figer la chute, l’envol, l’explosion ou tout simplement l’immobilité. C’est au spectateur de se déplacer pour composer ses histoires, éphémères et personnelles. Le module qui compose mes réalisations est un multiple de carrés, figures géométriques remarquables les plus étudiées depuis l’Antiquité, symbole de la stabilité, qui met en relief l’instabilité de ce qu’il donne à voir. Ce travail prend une autre dimension s’il s’inscrit dans un environnement précis. Il façonne, souligne et colore l’espace qui est son hôte. J’aime travailler in situ, et j’adapte, voire reconstruis chaque œuvre en fonction du lieu qui va l’accueillir. Quoi que je fasse, ce qui m’attire, c’est communiquer avec l’espace, le temps et les hommes. Ouvrir une fenêtre dans ces endroits que l’on croyait clos dans nos certitudes. »

*

Pour en savoir davantage :

http://www.galeriedeleuzerochetin.com/

***********************************************************************

La comédie du livre de Montpellier

24 mai 2017 § Poster un commentaire

 

Pour la deuxième année, PO&PSY  participait, les vendredi 19, samedi 20 et dimanche 21 mai 2017,  à la Comédie du livre sur le stand des éditeurs en région.

Une grande affluence et un intérêt certain, cette année, pour les stand d’éditeurs.

 

*****************************************************************************